• Programme : Construction de 210 logements étudiants en accession (lot A) + 200 logements sociaux (B) + 130 logements jeunes travailleurs (lot C)
  • Lieu : Cergy-Pontoise, 95.
  • Avenue des Trois-Fontaines.
  • Calendrier : Concours 2013.
  • Client : Bouygues Immobilier.
  • Maîtrise d'œuvre : Hamonic+Masson : architecte mandataire (Gaëlle Hamonic, Jean-Christophe Masson, Marie-Agnès de Bailliencourt, Arnaud Grenié, Clarisse Krause).
  • Coût : 20 195 000 € HT.
  • Surface : 17 493 m² SHON.

Cergy-Pontoise, Résidence pour étudiants

Faire de l’extraordinaire avec de l’ordinaire.

L’enjeu de ce projet dépasse la problématique de la chambre étudiante pour aborder la notion de campus contextuel.
Réinventer la « cellule » n’a aucun sens aujourd’hui. Ce que veut un étudiant c’est un ordinateur et une connexion immédiate au monde. Le design est bien moins important que la création des conditions d’un partage et d’une ouverture aux autres. Une chambre idéale n’est pas la meilleure des solutions pour faire des jeunes des citoyens curieux, inventifs et partageurs. L’idéal se situe dehors : une résidence pour étudiants doit être un lieu ouvert à l’interprétation et à l’appropriation de chacun.
Le site de Cergy est capable d’engendrer un grand champ des possibles.
En partant de la trame du parking et du centre commercial, nous installons un vaste terrain de jeux sur la base d’un plan libre issu du contexte. La chambre type, conforme à toutes les normes et à la disposition tripartite traditionnelle (cuisine, sdb, lit/bureau) est ordinaire mais elle permet toutes les combinaisons possibles. Il appartiendra aux futurs gestionnaires et utilisateurs de définir les modes de vies : chambres simples, doubles, collocations à deux, à trois, etc … Tout sera possible.
Le système structurel poteaux-dalles retenu permet de libérer totalement les différents plateaux et d’envisager une reprogrammation future.
La boîte à outils (cloisons, façades…) mise à disposition permettra modularité et adaptations. Les trois entités du programmes (foyer de jeunes travailleurs, résidence sociale et résidence privée) peuvent fonctionner séparément ou ensemble. Comme les chambres, elles peuvent se connecter en un vaste campus urbain… ou pas. Mais elles composent un tout à l’échelle du site.
Cet équilibre entre la fonctionnalité, la recherche d’une performance spatiale, l’appréhension d’un territoire global et, en même temps, un décalage bien dosé rend ce projet unique.
Faire de l’extraordinaire avec de l’ordinaire : c’est là que se situe l’architecture.