• Programme : Construction de 540 logements étudiants + crèche
  • Lieu : Villeneuve d'Ascq, 59.
  • Calendrier : Concours 2012 .
  • Client : Lille Métropole Habitat.
  • Maîtrise d'œuvre : Hamonic+Masson : architecte mandataire (Gaëlle Hamonic, Jean-Christophe Masson, Marie-Agnès de Bailliencourt, Arnaud Grenié, César Silva Urdaneta, Marco Lavit) + architectes associés : GO Architectes (Olivier Hanique, Olivier Lahote)..
  • San José : entreprise générale mandataire
    Go Architecte : architecte co-traitant
    Pergame : paysagiste
    SYLVA Conseil : structure construction bois
    Graphiste : Luxigon
  • Coût : 22 200 000 € HT.
  • Surface : 10 200 m² SHON.

Villeneuve d’Ascq, 540 logements étudiants

Le site de l’Université affiche une urbanité d’objets, de bâtiments créés ex nihilo, indépendants les uns des autres. A contrario, l’ambition de construire une résidence étudiante « modèle » se fait dans l’optique d’une convergence partagée, afin que les étudiants qui partageront ces locaux fassent partie d’un ensemble commun.
Le projet, construit autour d’un geste audacieux, atteint une dimension iconique pertinente pour la communauté.
Réinterprétant la figure du cercle, le projet RÉÉFLEX est d’une lecture simple et d’un fonctionnement précis comme un mécanisme horloger. Les programmes sont clairement identifiés et accessibles. La forme circulaire permet la rencontre entre le collectif (le jardin central) et l’individuel (la couronne de logements).
Visible dès le hall d’entrée, le jardin-patio est un parc préservé, à l’abri du vent.
Convivial et généreusement végétalisé, il favorise des pratiques de détente. Les paliers de distribution et les logements intérieurs profitent de ce paysage central partagé.
Les toits-terrasses sont des lieux de pratiques collectives.
Accessibles et profitables à l’ensemble des étudiants, ces terrasses sont les compléments du cœur vert incarné par le jardin. Elles se développent sur plusieurs niveaux, reliés par des emmarchements où les étudiant pourront s’asseoir, nouveaux lieux de détente et représentation.
En continuité avec le hall d’entrée, la salle des pas perdus se présente comme un large péristyle.
Elle se développe sur le périmètre intérieur, en relation directe avec le jardin, et oriente vers les différents lieux de vie collective. En connectant le hall et les salles polyvalentes, elle devient l’espace de représentation par excellence qui privilégie les échanges et rencontres.
Les salles polyvalentes viennent glisser sous le bâtiment principal.
Définies comme des éléments indépendants de la structure, ces espaces circulaires sont ouverts sur 360°, assurant flexibilité et perméabilité. Regroupées, elles permettent une communication efficace vers les différentes unités du programme.