• Programme : Réaménagement de la Place Campinchi et halles des marchés
  • Lieu : Place Campinchi, Ajaccio, Corse.
  • Calendrier : Concours 2017.
  • Client : Ametarra / Ville d'Ajaccio.
  • Maîtrise d'œuvre : Hamonic+Masson & Associés : architecte mandataire (chef de projet: Cesar Silva) Capo Architectes : architecte associé.
  • BET TCE : Bérim.
  • Paysagiste : OLM
    Conception lumière : ON
    Images : SPLANN
  • Coût : NA.
  • Surface : 20 600m2.

Place Campinchi, Ajaccio, Corse

Véritable projet de reconquête, notre travail met en place les outils d’une ville qui ne doit plus engendrer des césures, mais au contraire rétablir de la continuité, de la fluidité, recréer de l’aventure, de l’imprévisible, de la surprise et des émotions dans une volonté de révéler le potentiel d’un site exceptionnel. Il est donc ici question d’un projet positif, pour réactiver, reprogrammer, ramener de la vie, réinsuffler de l’intensité et relier. Un projet qui contient non seulement des enjeux urbains, économiques, mais aussi des ambitions sociales fortes par une volonté de connecter les lieux autour d’une intensité culturelle, marchande, collective et festive. Redonner son statut de « façade noble » aux bâtiments du boulevard Roi Jérôme, rendre évident et visible l’Office dE Tourisme, ancienne « Halle des Maraîchers », retourner l’Hôtel de Ville sur un nouvel espace citoyen, apporter ombre et fraîcheur par la nature et l’eau, offrir un nouvel espace pour le marché, tout cela dans une « économie architecturale » privilégiant le génie du lieu, sont autant d’objectifs que nous avons mis au cœur du projet.

Une page nouvelle s’écrit offrant à la Mairie la possibilité de s’ouvrir sur un vaste parvis et miroir d’eau, lieu du rafraichissement de tous et du rassemblement en frontalité directe avec le monument aux morts. Un espace boisé symbole de la nature environnante offre ombres et bancs conçus avec les pierres réutilisés des anciens quais. Une ombrière fait le lien entre cette séquence arborée et la Halle des Marchés. La teinte rouge brun se mélange à la palette des couleurs environnante et rappelle à tous l’ancienne Cité du Corail que fut Ajaccio. Être dans l’évocation plutôt que la décoration afin de privilégier le paysage architectural et naturel magnifique du site, est un préalable au projet. C’est par un jeu architectural de cadrage ou d’ouverture, la recherche d’une finesse structurelle, d’un minimum d’impact au sol que nous mettons en scène l’horizontalité du site. C’est ainsi que le lieu se trouve métamorphosé, redécouvrant à la fois son patrimoine historique et son grand paysage ouvert sur la mer.

Le Patrimoine est ici abordée comme un élément d’une culture partagée et inscrite dans une histoire collective. Il fait parti d’une continuité historique et ne doit pas être vécu physiquement comme une césure, une fracture mais inscrite dans l’ADN de l’espace public. C’est pourquoi nous avons pris le parti fort de mettre en scène les anciens quais en privilégiant la fluidité de l’espace public. Ils redeviennent assise par moment, leurs appareillages et détails apparaissent comme des éléments merveilleux par un système de « vitrines » horizontales accessibles à tous. Et surtout en installant un vaste miroir d’eau, ils retrouvent leur condition original, lieu de rencontre de la mer et de la ville. La culture comme vecteur de plaisir et d’usages ludiques vient projeter cette place méditerranéenne dans le 21ème siècle. Les plus jeunes peuvent ainsi découvrir leur histoire à travers une pratique naturelle de l’espace public, sans mise en scène ostentatoire type passerelle obligeant, tels des « sous-titres » physiques, à regarder l’histoire par le biais d’une dramaturgie obsolète. Il est ici question de découverte, de surprise, de merveilleux et de plaisir.

Notre proposition est un système ouvert mettant en parallèle un espace permanent lié à la ville (parvis, miroir d’eau, forêt, ombrière, halle ) et un espace éphémère lié aux quais (évènements culturels, « parc des expositions, …). Le premier fonctionne sans le deuxième mais s’enrichira évidemment de ce dernier si la phase 2 aboutie. Ce projet nous parle du passé, du présent mais aussi du futur de la ville. C’est pourquoi nous imaginons le traitement des sols proposés comme un cadre pouvant se prolonger dans l’objectif « Ajaccio 2030 » et permettre par exemple l’ouverture du Musée Fesch sur ce nouvel espace public ouvert sur la Méditerranée.